Tu as atteint la fin de la douleur,
tu es passé sur l'autre rive, tu es saint,
Bouddha parfait, je pense que toute passion
est détruite en toi : glorieux, sage,
de haute raison, tu m'as fait atteindre
la fin de la douleur
 


 

Comme tu as compris mon doute et m'as fait surmonter l'incertitude,  vénération à toi ô ascète,
qui as atteint la plus haute récompense
dans les chemins de la sagesse : tu es pieux
et tu es en toutes choses descendant
de la race solaire!
 


 

Ce doute que j'avais avant, le voyant l'a détruit ;
tu es en vérité un sage et un bouddha parfait ;
il n'y a pas d'obstacles pour toi
 


 

Et toutes les angoisses sont dissipées
et tranchées par toi, impassible,
tranquille, immobile, véridique
 


 

Quand tu parles, grand héros,
élu parmi les bons, tous les dieux se réjouissent
avec Nârada, et Pabbata (leurs messagers)
 


 

Vénération à toi, très noble,
choisi entre tous les hommes ;
tu es sans rival dans le monde des dieux


 

Tu es le Bouddha, toi, le maître,
toi l'ascète victorieux de Mâra : coupé de tous les désirs
et passé sur l'autre rive, tu aides à y passer ces créatures
 


 

Tu es allé au-delà de tout élément
d'existence, tu as brisé les passions :
il n'y a en toi plus aucun attachement,
tu es un lion, en qui ont disparu la peur et la terreur
 


 

De même que l'eau ne s'attache pas au lotus
charmant ainsi tu n'es touché  ni par le bien ni par le mal.
Tends tes pieds, ô héros, Sabhiya s'incline devant le maître.
 


 
 
 
 
 


Retour aux choix de prières

                         Retour aux choix du sanctuaire

Retour au menu principal